Ecrit part: Dumons Raymond
Autre gloire ayant séjourné dans notre localité.
René Molinier issu d’une famille de souche Tarnaise

né à Paris le 1er juin 1899 et décédé le 20 juin 1975 – Instituteur dans le Tarn en 1921 – Professeur de l’Ecole Primaire Supérieure Professionnelle de Rodez de 1922 à 1926 – En 1928 au lycée Thiers de Marseille jusqu’en 1948 – Nommé professeur agrégé au lycée de Poitiers en 1927 – Auparavant, il était allé soutenir à la Sorbonne une thèse de doctorat d’Etat sur les regroupements végétaux de la Provence occidentale. Elle n’était pour lui qu’une étape – Agrégé et Docteur sans avoir été bachelier, les portes de l’enseignement supérieur lui étaient ouvertes – Chargé de cours à la Faculté des Sciences de Marseille en 1946/1947 – Maître de conférence en 1948 – Professeur sans chaire en 1951 – Professeur titulaire en 1958 Son œuvre scientifique est considérable. – 141 publications sur la végétation du sud-est méditerranéen Français – Cartographie botanique exprimant, de manière précise, l’état du couver végétal – Il a été délégué de l’Académie des Sciences à l’assemblée Générale de l’Union Internationale des Sciences Biologiques à Nice en 1953 et rapporteur des questions de cartographie au VII° Congrès International de Botanique à Paris en 1954 – Il a assumé la Direction du Muséum d’Histoires Naturelles de Marseille de 1951 à 1972 ainsi que du jardin zoologique de la ville de Marseille de 1957 à 1960 – Il a été Directeur du Centre Pédagogique Régional de l’Académie d’Aix de 1959 à 1963 – Officier de la Légion d’Honneur – Commandeur des Palmes Académiques – Chevalier du Mérite Agricole et médaille d’argent de la Société Protectrice de la Nature Tel à été ce Grand Homme qui nous a fait l’honneur d’être permis-nous durant les derniers jours de son existence avec qui je n’ai eu que très peu de relations mais qui m’a laissé admiratif pour sa simplicité, sa gentillesse, son aptitude au contact humain avec toutes les couches sociales de la société et son admirable modestie. Il a été le Père d’un de mes grands amis, son fils Roger, résident à Dieupentale lui aussi professeur de biologie avec qui j’ai eu des rapports d’une très grande cordialité.
Raymond Dumons


Personnalité Dieupentalaise.
Roger Molinier, fils du Professeur René Molinier, Il fut un de nos plus illustres enfants Dieupentalais

Né à Dieupentale le 16 avril 1927et décédé à Marseille le 1er avril 1991 des suites d’une cruelle maladie. Père de deux enfants : Michel né en 1955 et Philippe né en 1959, malheureusement disparu accidentellement à l’âge de dix neuf ans, les obsèques ont eu lieu à Dieupentale, tout le monde se souvient de ce triste événement qui plongea la population dans la douleur et la tristesse ; toute la famille Molinier était respectée et possédait la plus grande estime de tous les Dieupentalais. La plus grande rue de Dieupentale porte le nom de son grand-oncle, le Général Larroque. Dans notre modeste village du Midi-Pyrénées sur les rives de la Garonne, tout jeune, Roger Molinier a découvert la nature, elle est devenue pour lui une véritable passion. Biologiste, il a consacré toute sa vie à l’étude de la flore et de la faune en se spécialisant particulièrement à la contrée Méditerranéenne, suivant en cela le prestigieux exemple de son regretté Père. D’abord professeur de biologie végétale à la faculté de Saint Charles puis, celle de Luminy de 1962 à 1967. C’est avec passion, avec fougue, avec opiniâtreté qu’il a prodigué ses enseignements à la faculté des sciences de Marseille et à l’Institut d’Aménagement Régional. Ces œuvres sont immenses et grandioses, de nombreuses publications faisant notoriété dans le monde scientifique. La Matière Vivante : sa nature, ses origines, son extension possible dans le cosmos (nconférence du 18 mars 1966 sous l’égide de la Société des Sciences Naturelles et d’archéologie de Toulon et du Var {extrait des annales de la SSNATV}- L’homme et la nature, Harmonie et conflit ? (conférence du 7 mai 1970 à Toulon sous l’égide de la Société d’Histoire Naturelle et d’Archéologie de Toulon et du Var.- Cartographie Ecologique au service de l’Aménagement du Territoire (bulletin du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille [Tome XXXI de 1971 par René et Roger Molinier Père et Fils.- La Forêt Méditerranéenne en Provence ( bulletin de muséum d’Histoire Naturelle de Marseille (Tome XXX I de 1971 par René et Roger Molinier Père et Fils). Il a créé, sur demande du Préfet de région Laporte et sous l’égide de la chambre de Commerce de Marseille, le Comité de sauvegarde et de Rénovation des Forêts et des Espaces Naturels. Expert auprès du Haut Comité de l’Environnement, il a présidé a) Le Comité Ministériel de la recherche dans les espaces protégés b) Les Comités Scientifiques du Parc National de Port-Cros. c) Le comité des réserves naturelles de Corse.

Il a lancé et animé le Parc Régional de la Corse et défendu l’île lors du procès de Livourne contre les rejets chimiques en mer. Il avait mené une première croisade Européenne pour la Défense de la Nature :C’était contre le déversement de boues rouges en mer, par la société Montédison en 1973. Roger Molinier assurait pas moins de huit présidences de comités scientifiques ou techniques. Il était Expert, Administrateur au Conseil Scientifique de onze organismes de niveau Régional National ou International. Il a travaillé dans le domaine marin au service de la fondation GIS Posidonie D’une intelligence remarquable, très grand savant mais aussi, chose rare, un humaniste pétri de bonté et de simplicité. Sa fidélité à l’armée lui a valu le grade de Colonel, grade assez exceptionnel pour un officier de réserve. Chevalier de l’ordre National du Mérite en 1970 . Chevalier de l’ordre National de la Légion d’honneur. L’Ecologie à la croisée des chemins fut sa dernière publication; il a pu en lire les épreuves quelques jours avant sa disparition; Selon son épouse, savoir que ce document allait être publié avait été la dernière illumination de sa vie. Roger Molinier était un homme exceptionnel, un très grand savant de réputation mondiale, sa bonté, sa richesse deconnaissances, sa simplicité et son amabilité le faisait apprécié de tous; il était humble,accueillant, sympathique et toujours de bonne humeur Il restera au plus profond de nos cœurs l’image d’un Saint Homme qui honore notre cité.
Raymond Dumons