#1 15-02-2017 18:33:00

Modérateur
Administrateur
Date d'inscription: 13-01-2011
Messages: 733

Le canal en chômage.

Pourquoi le niveau du canal a baissé ne poser plus la question tout est écrit ci-dessous.

Christian Moretto : «Trouver des synergies pour mieux promouvoir le canal»
Environnement - Christian Moretto, responsable vnf dans le département
http://www.dieupentale.com/forum/uploads/thumbs/2063_capture_decran_2017-02-15_1729.jpg
Le canal latéral à la Garonne et celui de Montauban sont en période de chômage jusqu'au 5 mars, pour des travaux d'entretien. L'occasion pour Christian Moretto, le nouveau chef de subdivision de Voies navigables de France, de faire le point.

2017 est-elle une année importante dans les travaux engagés sur nos canaux ?

Pas particulièrement. Nous suivons notre programmation d'entretien sur les digues et écluses (voir encadré ci-dessous). Comme chaque début d'année, le canal latéral connaît sa période de chômage, commencée, cette année, le 9 janvier. La navigation est interdite pendant cette période, ce qui nous permet d'intervenir avec facilité.

Nommé, mi-2016, à la tête de la subdivision tarn-et-garonnaise de VNF, comment évaluez-vous nos 81 kilomètres de canaux ?

J'ai été surpris de découvrir de belles installations bien entretenues. Hormis nos deux écluses de descente sur le Tarn, à Moissac et à Montauban, les 29 autres sont toutes automatisées. Les différents ports, tels que Montauban, Castelsarrasin, Montech, Moissac, sont très bien aménagés. On sent vraiment, dans ce département, une bienveillance générale pour les canaux et leurs infrastructures.

Vous arrivez d'un poste à Carcassonne, sur le canal du Midi. Quelles grandes différences avez-vous constaté ?

Les contextes environnemental et économique ne sont pas les mêmes. En Tarn-et-Garonne, le chancre coloré du platane n'a pas eu le même impact que plus au Sud. La pression touristique se fait moins sentir sur cette portion du canal des Deux-Mers. à titre de comparaison, il est passé, à Castelsarrasin, 1 200 bateaux l'an dernier, c'est presque 6 fois moins qu'à Carcassonne, où le canal est classé au patrimoine de l'Unesco. J'apprécie de trouver en Tarn-et-Garonne un côté plus nature et plus sauvage du canal.

Ne pensez-vous que le tourisme a également une place à prendre ici ?

Absolument ! Mon rôle est aussi de rencontrer des élus, des associations et des porteurs de projets pour trouver des synergies afin de mieux promouvoir le canal. VNF a, évidemment, un rôle régalien à tenir, d'entretien, de sécurisation et de surveillance du fonctionnement des infrastructures, mais nous avons aussi un rôle de promotion et de développement du canal. Les professionnels du tourisme dans le département misent sur ces axes de communication en développant la vélo voie verte sur les chemins de halage, en soutenant des projets touristiques dans nos maisons éclusières, mais aussi en multipliant les services autour des zones portuaires.

De nouveaux prestataires arrivent dans le département…

C'est le signe d'un attrait croissant pour le canal latéral à la Garonne. Des péniches-hôtels luxueuses proposent des croisières vers Bordeaux. à noter aussi l'arrivée d'un bateau-mouche de grande capacité à Moissac dès ce printemps.

Quid de la pente d'eau de Montech, ouvrage qui attirait de nombreux touristes avant sa mise à l'arrêt en 2009 ?

C'est le premier dossier dont on m'a parlé lors de ma prise de fonction. Croyez-moi, il n'est pas oublié ! Tant la ville de Montech que l'agence départementale du tourisme sont attentives à une utilisation du site. Des pistes sont à l'étude pour promouvoir cet ouvrage expérimental dont la notoriété demeure intacte malgré l'absence d'activité depuis plus de sept ans.

Soutenez-vous l'ouverture d'une boucle navigable sur le Tarn ?

Ce projet serait fantastique pour la promotion et le développement du tourisme fluvial. Voir des péniches naviguer sur le Tarn, entre Montauban et Moissac, serait un sacré plus dans l'attractivité de la région pour les plaisanciers. Mais c'est aux élus d'impulser le projet.

Le chiffre : 43
maisons éclusières> Appel à projets. Si une dizaine de maisons en bord de canal est occupée par des agents de VNF et une vingtaine louée à des particuliers (le loyer mensuel oscille entre 350 et 600 €), 10 maisons attendent des porteurs de projets dans le département. «Un restaurant va ouvrir dans quelques semaines, à Dieupentale ; un architecte anglais va ouvrir, cette année, des chambres d'hôtes à l'écluse 7 bis, entre Montauban et Montech… Nous étudions tous les projets touristiques», assure le cadre de VNF. Contact : tél. 05 63 04 02 41.

1 M€ investi par VNF en 2017 dans le département pour sécuriser digues et écluses
Pour cette période de chômage 2017, 5 biefs ont été vidangés pour effectuer des travaux d'entretien. Les associations locales de pêche ont été associées aux vidanges afin de préserver les ressources piscicoles. D'ici le 5 mars et la réouverture à la circulation fluviale, les équipes de Voies navigables de France ont programmé la reprise d'étanchéité de l'écluse n. 28 (Pommevic), l'amélioration du vannage à l'écluse n. 17 (Saint-Martin), la restauration des digues et du battage à Castelsarrasin, sur le bief n. 18 (2 361 mètres), ou encore le remplacement d'un automatisme à l'écluse n. 27 (Boudou). Des câbles sont également tirés entre les 5 écluses de Montech (de la n. 11 à la n. 15) pour améliorer l'automatisation des écluses en parallèle de la pente d'eau.

(source La DDM)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr